E.One – William Blake

« Montez les sub’, les murs d’enceintes dans les champs de pavot
Je m’appelle William Blake, je reviens du chaos »

Pour certains, le plus gros dilemme de ce 14 Février 2017 fût de choisir entre leur couple et le match PSG / Barcelone, personnellement en me levant ce jour là, j’espérais au plus profond de moi qu’E.One balancerait son album avant que je rentre le soir, car ça risquait d’être compliqué d’expliquer à Madame que certes je t’aime mais bon voilà cet album ça va faire plus de deux ans que je l’attends donc laisse moi t’ignorer pendant deux heures avec le casque sur les oreilles.
Fort heureusement, en arrivant au boulot le matin, l’album était déjà en ligne sur bandcamp et j’ai donc pu ignorer mes collègues toute la journée et l’écouter en boucle, tout en passant une belle soirée à base de fleurs, de gâteaux en forme de cœur et de Lee Fields.

Avant d’entrer dans le vif du sujet et de parler de William Blake, un petit rappel s’impose : dans Rhythm And Poetry, il y a Poetry (poésie en Anglais, de rien), et il est bon à savoir que « Fais moi une turlutte grosse p**e », même si ça rime, ça n’a rien de poétique.

« La vie est simple c’est pas une grande idée nan
Une fleur qui pousse, un petit événement
C’est dar, j’ai tant d’amour et j’en parle tellement
Chacun de mes regards est comme un serment »

Revenons-en à la poésie donc, car ce n’est pas pour rien qu’E.One a choisi pour titre de ce premier album solo le nom de ce poète Anglais du 18ème siècle qu’était William Blake.
En effet, que ce soit avec son 1er groupe Eskicit, ou Première Ligne, son groupe actuel qu’il forme avec Skalpel et Akye, E.One s’est toujours démarqué par la poésie de ses lyrics, ses réflexions philosophiques sur samples de Soul, et cet album n’est pas qu’une suite logique, il regroupe tout ce que l’on aime et tout ce que l’on a aimé chez E.One, et les références ne manquent pas :

Et j’en oublie sûrement d’autres donc n’hésitez pas à compléter la liste en commentaires.

« Pas question de marchandise, encore moins de business
J’avais ce truc dans le bide, je l’ai pas fait par gentillesse »

Etape 1 : L’attente
Pour ma part, elle date de Janvier 2015, quand E.One nous annonçait lors d’un after à Toulouse qu’il travaillait sur un album solo, deux ans d’attente donc, c’est long (comme ma * TA GUEULE !!! *).

Etape 2 : Le teasing
Premier morceau dévoilé de cet album, « La vérité » aura tourné en boucle un bon moment, presque deux mois avant la sortie du 2ème extrait et magnifique clip « En paix (I just can’t be hurt) » :

Etape 3 : L’orgasme (auditif)
Et je pèse mes mots, déjà au niveau des prods on retrouve certainement les meilleurs beatmakers du rap non game : E.One lui-même, mais également le Tamahagané Crew au quasi complet : Many the Dog, Tideux et Raan (il ne manque que Fl-How mais pas vraiment puisqu’il est présent sur Ghost Dog Rmx) ainsi que Don Korto et Ossama.
Ensuite, les lyrics, comment dire je…, il…, c’est… BORDEEEEEEEEEEL !!!!
C’était mon analyse des lyrics, toi aussi amuse toi à commenter 16 titres fat avec une simple onomatopée.

Etape 4 : PULL UUUUUUUP !!
Car oui, William Blake n’est pas le genre d’album que l’on peut écouter d’une traite et comprendre chaque mesure, les textes sont trop denses et trop profonds pour cela, il va donc vous falloir de nombreuses écoutes, ou pour ceux qui ont eu la bonne idée d’acheter l’album, écouter les morceaux avec le livret de lyrics à portée de main.

Bref, vous l’aurez compris, William Blake c’est mon coup de cœur de l’année (même si on est seulement en Février, rien à foutre) qui s’ajoute à la longue liste des albums que je souhaiterais n’avoir jamais écoutés, uniquement pour le plaisir de le découvrir à nouveau pour la première fois.

Dri

Date de sortie : 14 Février 2017
Label : Bboykonsian
Enregistrements, arrangements, mixage : Raan pour R2AN Recordz
Mastering : Skeez
Lien : https://bboykonsian.bandcamp.com (8€ en digital / 10€ en physique)

1 Commentaire

Ajoutez les vôtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *