Drowning Dog & Malatesta – Sick Of This Shit

Cover

Le duo de San Francisco Drowning Dog et DJ Malatesta, a.k.a DDM, revient avec ce nouvel EP « Sick Of This Shit », presque 3 ans après leur dernier album « Black Cat – Best You Can Get ! ».
Analyse de ce nouvel EP par un mec qui ne pige rien à l’Anglais (CHALLENGE ACCEPTED).

« Have you hating on a stranger that you never meet
Strings all over manufacture our consent »

Bon j’exagère un peu, j’ai quand même quelques notions d’English (Anglais en Anglais, ndlr), de plus les lyrics sont disponibles sur le bandcamp et Google Translate is your friend.

Première surprise en écoutant l’intro et ce magnifique sample, cette phrase dans la partie « info » du morceau sur bandcamp : « Malatesta, Saikness BIG UP SAIKNESS! check him out! ».
Saikness, membre du collectif de producteurs Beatworxx était le producteur d’Eskicit, le groupe dont faisait partie E.One avant Première Ligne.
Je ne saurai quoi dire de plus sur Saikness, si ce n’est vous conseiller d’aller écouter d’urgence The Big Gamble pour comprendre l’étendue du talent du mec.
L’intro est courte (et s’arrête brutalement) mais fait quand même plaisir, c’est aussi le seul morceau Soul de l’EP car le style de prods de DDM s’oriente surtout vers l’électro.

Le morceau suivant, « Stay consistent » (Reste cohérent) aborde le thème de la cohérence, notamment celle entre les textes et la façon de faire et de vivre le son, chose qui n’a pas encore été parfaitement intégrée par certains rappeurs « conscients » (non non promis je ne vise personne, même si ça me semble moyennement cohérent de voir Keny Arkana en tête de gondole à la FNAC, appelons ça l’anticapitalisme à géométrie variable…).

DDM enchaîne avec « Manufacture Consent », un morceau qui parle de la manipulation des masses et du déconditionnement, et le message est clair : « Je ne suis pas un numéro, Je suis un nom ».

« Where there is love there is life
and that is worth fighting for
some say, something like, amore »

Le titre suivant « Free Thought » parle de la liberté de pensée (et je suppose que maintenant vous avez Florent Pagny dans la tête, sorry about that) et de liberté d’expression, et puisque nous parlions plus haut de cohérence, l’enchaînement de ces 3 morceaux l’est parfaitement (rester cohérent, déconditionnement, pensée libre).

S’ensuivent plusieurs interlude dont « Malatesta », qui n’est pas un morceau égotrip à la gloire du DJ de DDM mais un hommage à Errico Malatesta, militant anarchiste Italien du 19ème siècle, sur fonds de chants révolutionnaires Italiens.

L’EP se termine par « Flesh & Nostalgia » un morceau évoquant le temps et qui explique que même si nous ne sommes que des sacs de chairs, les grandes idées elles, ne meurent jamais.

Au final ça donne encore un projet bien sympa dans la discographie de DDM, pour l’instant uniquement disponible en numérique.
Le Vinyl 12 Inch arrivera cet été avec la participation des labels EK Records, Disorder Rebel Store, Fire and Flames Music et BBoyKonsian.

Dri

Date de sortie : 25 Juin 2017
Labels : EK Records, Disorder Rebel Store, Fire and Flames Music et BBoyKonsian.
Lien : https://drowningdogandmalatesta.bandcamp.com/album/sick-of-this-shit (8$ en numérique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *